NewDetail

AICEP
Agência para o Investimento e Comércio Externo de Portugal

CABEÇALHO

Gros « aaaaaah » et longs « ooooooh » résonnent dans la Sainte-Chapelle du château de Vincennes (Val-de-Marne). L’effet « waouh » est quasi systématique lorsque les visiteurs pénètrent dans le bâtiment pour découvrir « L’Arbre de Vie », une installation monumentale éphémère de l’artiste Joana Vasconcelos.

Cette sculpture textile de 13 mètres de haut et 110.000 feuilles brodées, qui sera démontée lundi après quatre mois de présentation, est l’une des raisons de la fréquentation record qu’a connu le bâtiment cette année.

 

Parmi les rares bâtiments à faire mieux qu’avant la crise du Covid-19

 

Selon le comité régional du tourisme, qui vient de publier les chiffres, le Château de Vincennes a accueilli 81.643 personnes entre janvier et juin, soit une augmentation de 57% par rapport à la même période en 2022 et une augmentation de 20% par rapport à 2019, avant Année de référence Covid.

 

« L’été s’est également particulièrement bien passé, avec 15 293 visiteurs en juillet (+27%) et 15 530 en août (+21%), soit 112 400 personnes accueillies depuis le début de l’année. Cette augmentation est effectivement une tendance de fond», se réjouit Pascal Monnet, administrateur du lieu.

 

Cette performance est l’une des plus marquantes de la banlieue parisienne. En effet, de nombreux grands monuments n’ont pas encore retrouvé leur niveau de fréquentation d’avant Covid ou affichent des hausses moins marquées qu’à Vincennes.

 

Le château de Versailles (Yvelines) a par exemple attiré 3,91 millions de visiteurs au premier semestre, soit 32% de plus qu’en 2022 mais cela reste 2% en dessous de son niveau de 2019. La basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), desservie par le métro comme le château de Vincennes, a accueilli 69 277 personnes, soit + 36 % par rapport à 2022 mais reste à -7 % de sa fréquentation d’avant Covid pour 2019. Idem pour le château de Breteuil, à Choisel (Yvelines), qui connaît une fréquentation en hausse de 9% par rapport au premier semestre 2022 mais qui stagne à -8% de ses chiffres de 2019.

 

«On vient pour des événements éphémères»

 

Plusieurs facteurs expliquent l’attractivité du Château de Vincennes : « Le spectaculaire Arbre de la vie de Joana Vasconcelos nous a amené beaucoup de monde. Cette artiste a son public, on a eu beaucoup d’articles de presse…», décrypte Pascal Monnet.

 

Le temps maussade de l’été a également contribué à attirer des touristes désireux de se réfugier. Finalement, le château séduit « parce qu’il rassemble à lui seul 1 000 ans d’histoire et permet de raconter tout le passé de la France. C’est l’un des monuments nationaux les plus fréquentés par les écoliers (près de 30 000 par an). »

 
Vincennes, le 2 septembre. Les visites guidées du château se remplissent presque tous les jours. LP/ML

Sur les 77 % de visiteurs français, ils sont majoritairement franciliens et 32 ​​% du Val-de-Marnais. C’est le cas de Danie et Natalie, originaires de Fontenay-sous-Bois et de Villiers-sur-Marne. Ils connaissaient déjà les lieux mais ont fait le déplacement samedi spécialement pour « l’Arbre de Vie » : « Nous vivons peut-être à proximité, mais nous ne visitons pas souvent le château. On vient surtout lorsqu’il y a des événements éphémères comme un opéra en plein air ou cette superbe exposition Vasconcelos. »

 

« Quelle merveilleuse surprise ! »

 

Pour d’autres, venir au Château de Vincennes est avant tout le fruit du hasard, comme cette famille britannique : « Nous logeons dans un hôtel juste à côté. Nous avons vu le donjon, les remparts et la chapelle. Nous avons appris qu’il était possible de leur rendre visite. Quelle merveilleuse surprise ! s’enthousiasment Joan, Helen et Jacob.

 

Même aubaine pour Alexandra et sa fille Manon, originaires de Rambouillet (Yvelines) : « Nous étions sur place pour un rendez-vous médical. C’est alors que nous avons vu ce grand château ouvert aux touristes. On connaissait le Bois de Vincennes (Paris XII) mais pas son château. C’est énorme ! Et très joli ! Une belle découverte. »

 

Après la pointe estivale, « le creux habituel du début septembre arrive », prévient l’un des guides. Le moment idéal pour visiter le bâtiment en toute tranquillité, selon lui. « Il fait beau, il n’y a pas de files d’attente et les écoliers ne sont pas encore là. Même les Journées du Patrimoine, les 16 et 17 septembre, sont ici globalement calmes. Et le ministère des Armées y proposera des animations gratuites, il faut en profiter. Attention cependant : la Sainte-Chapelle sera fermée du 4 au 14 septembre pour le démontage de « l’Arbre de Vie ».

 

En février 2024, « des tablettes de réalité augmentée de dernière génération permettront de déambuler pendant une heure tout en découvrant le château tel qu’il était aux siècles précédents, annonce Pascal Monnet. Cela devrait attirer à nouveau du monde ».

 

Sur News.dayFR

Partilhar